Edito: La remise en cause d’un modèle

L’Amérique latine vit des moments de tension et d’incertitude, mais seront-ils des moments de change-ment ? Il y a quarante-cinq ans, le coup d’État sang-lant au Chili a ouvert la porte au modèle économique néolibéral, qui semblait jusque-là délirant et improbable mais qui à l’heure actuelle prévaut pratiquement dans le monde entier.

Les fissures et les cicatrices de ce modèle apparais-sent dans tous les coins de chaque pays américain. Le continent reste à la fois l’eldorado d’antan, un terreau fertile d’opportunités et, en même temps, un enfer et une prison pour les classes appauvries, une succession d’ États manqués pris dans un engrenage de corruption et de violence. Sans prétendre en être exhaustifs, nous avons voulu consacrer un dossier du Brennpunkt au continent américain, celui au sud du Rio Bravo.

L’insuffisance d’emplois et le fléau de la criminalité qui sévit en Amérique centrale ont eu pour conséquence, entre autres, un phénomène migratoire persistant et massif. La dégradation (si c’est encore possible !) des conditions de sécurité dans la région a remis à l’ordre du jour la question des déplacements forcés dus à la violence et la nécessité d’une politique publique sur cette question. La Fundación de Estudios para el Derecho Aplicado, FESPAD, partenaire de l’ASTM au Salvador a souhaité partager sa réflexion sur ce sujet.

Outre la violence du crime organisé, les femmes de la région subissent également d’autres agressions. Ayant l’une des lois les plus punitives en matière d’avortement, El Salvador expose ses femmes à la prison et à la mort. Morena Herrera, membre du Collectif féministe pour le développement local, nous a livré une analyse fine de cette situation et ses conséquences. Pour sa part, l’ONG espagnole Entrepueblos, partenaire de l’ASTM dans le réseau EU-LAT, nous propose une lecture spécifique de l’impact d’un autre phénomène particulièrement pré-sent sur le continent, l’extractivisme : de quelle manière sa violence affecte-t-elle les femmes, présentes en rési-stance mais exclues des instances de décision?

Les phénomènes sociaux sont inscrits et influencés par la conjoncture politique. A ce niveau, les moments présents au Mexique et au Nicaragua nous paraîssent particulièrement interpellatifs. Au Mexique, l’arrivée au pouvoir de Manuel López Obrador soulève une série d’attentes et des questions: quelles possibilités réelles de changement dans un contexte comme le mexicain? En même temps, depuis avril, le Nicaragua traverse une période de remous sociaux qui a coûté la vie à plus de 400 personnes et a provoqué d’intenses débats dans de nombreux secteurs. Ces questions sont abordées dans trois articles spécifiques.

A côté de cette réalité complexe et vibrante, l’Amérique latine est aussi une source de contributions importantes au débat intellectuel d’aujourd’hui. Du rôle de région fournisseuse de matières premières, exacerbé jusqu’au paroxysme les dernières années, surgit également une réflexion sur la Nature et ses Droits qui remet en cause l’essence même de la notion de développement durable. Une présentation de ces concepts nous est transmise depuis l’Équateur. C’est aussi là-bas que les droits de la Nature ont été violés de façon dramatique par la société Chevron, qui, après avoir commis un crime écolo-gique en Amazonie équatorienne, continue de tenter d’échapper à ses responsabilités. Ce, en faisant appel aux instances internationales d’arbitrage, un mécanisme fortement contesté par la société civile et qui remet en cause la souveraineté, le rôle et l’indépendance des pouvoirs des États nationaux. L’article consacré à ce sujet fait écho du cri désespéré et urgent des victimes de l’entreprise américaine.

Pour terminer, le dossier présente un entretien en exclusivité avec Pablo Abrão, Secrétaire exécutif de la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH). En tant que représentant du principal organe régional des droits humains, M. Abrão nous offre une panoramique générale en ce qui concerne les droits. Les milliers de pétitions que la CIDH reçoit chaque année témoignent des limites des systèmes juridiques nationaux et de la nécessité impérieuse d’accroître leur efficacité et de réduire l’impunité. Une justice autonome et efficace est une condition indispensable au main-tien de la légitimité des systèmes démocratiques. Les États d’Amérique latine ont encore un long chemin à parcourir pour s’acquitter pleinement de leur obligation de garants des droits de la personne.

Cette sélection de thèmes et d’articles vise à montrer non seulement quelques-unes de nos préoccupations, mais aussi les éléments qui font l’objet de notre admi-ration mettant la société civile latino-américaine au premier plan de certaines réflexions. Cet échange nous intéresse particulièrement. Le dossier donne la parole aux acteurs, dans la plupart des cas sans aucune inter-médiation. C’est aussi une de nos vocations à l’ASTM: donner la place à la parole directe car nous la savons précieuse et solide. Puissent ces voix interpeller le lecteur autant qu’elles nous interpellent.

Brennpunkt Drëtt Welt est édité par Action Solidarité Tiers Monde
55, av. de la Liberté L-1931 Luxembourg RCS F6030 www.astm.lu