Edito

Un-e défenseur-e des droits humains est quelqu’un qui exige justice et dignité pour nous tous. Ce sont des personnes qui luttent pour que tous ces droits que nous chérissons tant et que nous considérons parfois comme donnés, soient respectés. Alors que le cadre international des droits humains demeure l’un des derniers repères d’humanité dans un monde bouleversé par l’accroissement des inégalités et la crise écologique, les défenseur-e-s doivent de plus en plus lutter pour que ce cadre puisse tout simplement continuer à exister. En effet, nous assistons partout dans le monde à une remise en cause sans précédent des droits fondamentaux de la part de certains responsables politiques avides de pouvoir.

Il est donc d’autant plus important de faire tout notre possible pour préserver ce que nous avons construit au cours des 70 dernières années et pour soutenir celles et ceux qui risquent au quotidien leur vie pour la cause des droits humains. C’est pourquoi, par le biais de ce numéro du Brennpunkt, nous avons souhaité rendre hommage au travail des défenseur-e-s. Qui sont-ils ? Qui sont-elles ? En quoi consiste leur travail et qu’apporte-t-il à la société ? Pourquoi est-il important de les soutenir ? A travers des entretiens et des analyses, le dossier tente de faire un état des lieux…un état des lieux qui s’avère finalement inquiétant.

Car force est de constater que celles et ceux qui se mobilisent en faveur des droits se voient aujourd’hui attaqués et traités de tous les noms: des criminels, des terroristes, des antipatriotes, des anti-développement, des anti-croissance, des communistes…la liste est longue. La criminalisation des défenseur-e-s est devenue une réalité et les ONG de développement (ONGD) luxembourgeoises sont au premier rang de ce spectacle morbide à travers les expériences de leurs partenaires dans les pays du Sud.

D’où l’importance de reconnaître et d’affirmer la valeur du travail des défenseur-e-s encore et encore. Une nécessité qui résonne de plus en plus auprès des ONGD dont les partenaires subissent une répression croissante. Dans ce contexte, comme mentionné par une des protagonistes de ce dossier, le rôle de la société civile « occidentale » devient extrêmement important dans la mesure où elle dispose encore d’un cadre plus ou moins démocratique et de libertés que d’autres pays n’ont pas. Au moins pour le moment. Nous devons utiliser cette liberté pour protéger et garder la légitimité des défenseur-e-s et cela à tous les niveaux : national, européen et international. Alors qu’un positionnement clair et fort de nos autorités sur cette question devient plus que nécessaire, certaines institutions au Luxembourg affirment « qu’il n’est pas d’usage » de se mobiliser pour « de telles causes aussi nobles qu’elles soient ». La cause des défenseur-e-s n’est pas seulement noble mais elle est aussi la nôtre. 20 ans après l’adoption de la Déclaration sur les défenseur-e-s des droits humains, le chemin est encore long pour que l’utilité publique de leur travail soit véritablement reconnue.

Brennpunkt Drëtt Welt est édité par Action Solidarité Tiers Monde
55, av. de la Liberté L-1931 Luxembourg RCS F6030 www.astm.lu