Femmes et conflits éco-territoriaux

“Les conflits sociaux éco-territoriaux sont le grand problème latino-américain du 21ème siècle. Le simple fait d’élever la voix contre ce modèle implique la stigmatisation, la criminalisation et la mort”, Rocío Silva Santisteban.

Extractivisme. Organismes et territoires.

Nous nous trouvons dans une période de crise mondiale où l’incapacité de parvenir à un consensus est évidente, comme le respect du cadre universel pour la protection des droits humains ou l’articulation pour arrêter le changement climatique.

Le Pérou n’est plus le miracle péruvien, ambassadeur de l’exploitation minière comme moteur de développement, le Pérou est l’exemple de la dystopie minière, c’est un laboratoire où la terre, les personnes et les biens communs sont mis en vente pour répondre aux besoins d’un modèle prédateur et à court terme. Et ces territoires à vendre ne sont pas peu nombreux : 35% des terres communales sont concédées à l’exploitation minière, des communautés qui pour la plupart n’ont même pas été consultées à ce sujet. A cela s’ajoutent les concessions pétrolières continues, les concessions gazières, les concessions forestières, les concessions de palmiers à huile, les concessions de centrales hydroélectriques… et les projets de grandes routes pour acheminer rapidement les biens naturels vers la mer (IRSA ou voies navigables).

Cette politique de promotion des investissements accroît les inégalités, retardant les droits (à la vie, à l’environnement, à la santé…) des groupes historiquement discriminés tels que les peuples autochtones et les femmes, entre autres.
Dans ce contexte, l’appareil d’État, plutôt que de protéger ses citoyens, est utilisé pour réprimer et criminaliser ceux qui s’opposent au modèle de croissance basé sur l’extractivisme1. Ceux qui protestent, élèvent la voix ou prennent des mesures contre l’incursion sur leur territoire d’entreprises, de forces armées et de sociétés privées de sécurité, sont criminalisées, souvent par le recours à la violence ou la déclaration de l’état d’urgence.

L’économie féministe et des courants comme l’écoféminisme soulignent que la pollution, les conflits, ne sont pas des petites erreurs ou des déséquilibres du système auxquels nous devons nous adonner pour avoir un meilleur développement, mais nous nous trouvons devant un conflit plus complexe, plus profond : nous sommes témoins de ce que certains auteurs appellent un conflit entre capital et vie3. “Le Pérou a besoin de grandir, disent-ils, mais ils oublient une question fondamentale : grandir au détriment du bien-être de qui ?

Nous partons du principe que le système néolibéral est basé sur l’exploitation des territoires et des corps. Les territoires sont l’objet et le scénario de dispute et de dépossession du modèle extractiviste patriarcal et colonial, qui considère la nature subordonnée aux besoins humains, tout comme les femmes sont considérées comme subordonnées aux hommes et à l’accumulation du capital. Entrepueblos4, main dans la main avec ses organisations alliées, cherche à mettre les coordonnées de ces territoires, et les noms et prénoms de ceux qui sont entrés en jeu pour générer ce modèle d’exportation en développement primaire.

Violence contre les femmes et défenseurEs des droits humains

Le corps des femmes est un territoire historique en conflit avec le pouvoir patriarcal, capitaliste et colonial car il joue un rôle crucial dans la durabilité de la vie. Les multiples formes de violence à l’égard des femmes latino-américaines, telles que la violence sexuelle, le féminicide ou la stigmatisation, sont des violences historiques exercées par le patriarcat ancestral qui sont aujourd’hui amplifiées par l’extractivisme. Les femmes, dont le travail invisible et non rémunéré soutient le monde, sont confrontées à de graves situations d’injustice et d’inégalité.

Au cours de ces années, nous avons réfléchi à l’impact de la mise en œuvre de ce modèle extractiviste sur la vie des femmes au Pérou, reliant l’agenda du mouvement féministe, le mouvement des droits humains et la défense du territoire, la cosmovision andine et la cosmovision amazonienne. La recherche « Les femmes et les conflits éco territoriaux. Impacts, stratégies, résistances»5, élaborée par Rocío Silva Santisteban, en dialogue avec les meilleures de la pensée latino-américaine6, partage les expériences des femmes défenseurs, élevant leurs voix, leurs peines, leurs sentiments, leurs espoirs, contribuant ainsi à positionner leurs agendas et leurs problèmes dans un pays qui tourne le dos à la réalité de ces populations.

A partir des témoignages de femmes que nous avons accompagnées dans les différentes luttes, nous avons ordonné ce que nous savions : que les femmes sont les protagonistes avec un rôle fondamental dans les luttes pour le territoire, mais qu’elle sont aussi celles qui souffrent le plus des impacts et des violences des stratégies de répression et de criminalisation dans la sphère publique et dans la sphère privée. Un échantillon d’entre elles sont les 10 femmes assassinées dans des contextes de conflit entre 2003 et 2017, ou les 102 femmes poursuivies pour criminalisation de la protestation au Pérou.

Cette violence à l’égard des femmes défenseurs des droits humains est exercée d’une manière qui se situe et s’adapte aux circonstances du contexte dans lequel elle prend naissance, mais le dialogue entre défenseurs, féministes et mouvement des droits humains a permis de systématiser ces formes de violence. Parmi elles, nous soulignons les menaces (pour elles et leurs familles, parfois à contenu sexuel), les meurtres, la judiciarisation (être accusé de crimes qu’ils n’ont pas commis, et être plongé dans des processus judiciaires complexes sans ressources économiques ou professionnelles pour se défendre), les campagnes de stigmatisation et de diffamation à travers les médias, qui attaquent leur honneur, leur sexualité, leur maternité…, causant de graves préjudices psychologiques, des agressions physiques, des agressions verbales et des violences sexuelles par la police et les forces armées pendant les marches, dans les territoires militarisés et dans les situations d’urgence.
Souvent, les opposantes des industries extractives se heurtent non seulement au pouvoir des entreprises, mais aussi à un patriarcat profondément enraciné. En conséquence, elles sont attaquées à la fois en tant que défenseurs des droits, de la terre et des ressources naturelles, et en tant que femmes qui défient les normes sexospécifiques. Des femmes comme Yeni Cojal, Emperatriz Bolaños, Teresita Antazú, Máxima Acuña, Mirtha Vázquez, Luzmila Marroquín… font l’objet de stratégies de criminalisation, faisant de nous les sujets de lutte sans réseaux de soutien. Comme le dit la devise féministe : « Elles nous veulent seules, mais elles nous auront en commun ».

Ces formes de violence nous permettent d’élargir notre regard et de révéler le caractère structurel dans lequel il s’inscrit. Bien que la plupart des violences subies par les femmes soient perpétrées par des auteurs connus, la violence socio-environnementale se concentre sur la violence institutionnelle à laquelle nous sommes soumises. Parmi les acteurs impliqués dans les violences faites aux femmes défenseurs des droits humains figurent les Etats (autorités, police, armée, justice, santé, etc.), les entreprises et les médias. La violence contre les femmes défenseurs des droits humains dans les sphères publique et privée est interdépendante et toujours enracinée dans les relations de pouvoir social, économique et politique.

Stratégies. Comment nous réagissons à cette situation

Un autre objectif de la recherche était de déterminer combien de ces femmes travaillent à la construction d’autres formes de pouvoir, plus empathiques, plus humaines, plus relationnelles, interdépendantes, réciproques et mutuellement bienveillantes, conscientes que sans elles, la reproduction de la vie est impossible. A Entrepueblos, nous voulons continuer à réfléchir sur la manière de construire une autre culture politique qui tienne compte des savoirs immatériels, des corps de pensée sensible, en plaçant également au centre du débat l’importance non seulement de ce que nous faisons ensemble, mais aussi de la manière dont nous le faisons, l’importance de nos pratiques devant l’hégémonie des discours et des constructions purement théoriques.

Ainsi, à partir de nos alliances, nous continuons de plaider pour soutenir les stratégies élaborées par et à partir des personnes pour se protéger et défendre leur corps et leurs territoires. Certaines de ces stratégies prennent la forme d’écoles, comme l’École d’éducation populaire Hugo Blanco, promue à Celendín par le Platanforma Interinstitucional Ceoendina-PIC et les compagnons du Programme pour la démocratie et la transformation globale – PDTG ; ou l’échange d’expériences avec d’autres organisations et femmes qui défendent le territoire comme dans le Forum social panaméricain ; ou un soutien juridique et psychosocial tel que celui fourni par Grufides, Demus ou la CNDDHHH aux défenseurEs criminalisés ; ou des programmes radiophoniques dans les médias communautaires renforçant les capacités propres des membres des organisations et renforçant les porte-parole des femmes. Les formes sont multiples et diverses, et continuent de s’épanouir avec leurs accents différents dans chaque territoire. Bref, il s’agit de la construction de formes de vie communautaire non extractives.

Cette année marque le 20e anniversaire de la Déclaration des Nations Unies sur les défenseurs des droits de l’homme7 et, au Pérou ainsi que dans le reste de l’Amérique latine, les femmes défenseurs des droits humains courent le risque de montrer clairement que d’autres modèles de développement véritablement durable sont possibles.

Ces modèles permettraient aux communautés de décider de l’avenir de leurs territoires, de maintenir leurs modes de vie et de respecter leurs liens culturels et spirituels avec leurs terres et leurs ressources, selon une éthique de soins.

Nous devons faire plus de pédagogie relative à ces autres mondes et au réseau de relations interdépendantes qui rendent cette vie possible. Que nous le voulions ou non, ces autres formes de vie seront les indices, les lignes de fuite quand la planète dans sa forme actuelle nous dit que nous avons depuis longtemps dépassé ses limites. Nos sources d’eau, nos biens communs, notre autonomie et notre pouvoir de décision, notre capacité à rêver et à construire ces autres formes de vie que non seulement nous voulons, mais que nous devons rendre possibles aujourd’hui, en dépendent.

Agustina Daguerre y Clara Ruiz, Entrepueblos
www.entrepueblos.org

Sources:

1 Selon le dernier rapport du Bureau du Médiateur sur les conflits sociaux, en mars 2018, il y a eu 188 conflits dans le pays, et 67% des conflits actuels sont socio-environnementaux.
2 Cette idée a été développée par des auteurs comme Raphael Hoetmer et est citée par Rocío Silva Santiesteban dans la publication Mujeres y conflictos ecoterritoriales, dont le contenu intégral peut être consulté sur le lien suivant : http://www.entrepueblos.org/index.php/publicaciones/3017-mujeres-y-conflictos-ecosociales
3 Cette idée a été largement développée en Espagne par des auteurs tels que Yayo Herraro et Amaia Pérez Orozco.
4 Nous sommes une organisation de solidarité internationale avec 30 ans d’expérience dans les luttes des mouvements sociaux du Sud pour la défense de leurs droits.
5 Cette publication est promue dans le cadre d’un accord financé par l’AECID, avec la participation de deux organisations espagnoles, membres de l’EU-LAT (Entrepueblos et Aieti), et de trois organisations péruviennes : Demus et la CMP Flora Tristán, et le coordinateur national des droits humains.
6 Horacio Machado, Maristella Svampa, Eduardo Gudynas, Raúl Zibechi, Rita Segato, Claudia Korol, etc.
7 Selon l’AWID, les défenseurs des droits humains ” sont les personnes qui défendent les droits et qui sont exposées à des risques et menaces sexospécifiques en raison de leur travail pour les droits humains et/ou en conséquence directe de leur identité sexuelle ou de leur orientation sexuelle. Ce sont des femmes qui travaillent pour les droits et la justice, y compris les droits individuels et collectifs des personnes et de la planète.

Brennpunkt Drëtt Welt est édité par Action Solidarité Tiers Monde
55, av. de la Liberté L-1931 Luxembourg RCS F6030 www.astm.lu