Jean Ziegler: Le capitalisme expliqué à ma petite-fille

Voilà un ouvrage qui a le mérite d’expliquer, de manière simple, pédagogique et compréhensible le système économique et financier qui domine le monde. Au cours d’un entretien, Jean Ziegler répond aux questions que lui pose Zohra, sa petite-fille.

Le capitalisme émerge du système féodal et de la bourgeoisie du Moyen-Âge. L’esclavage a été un des piliers du capitalisme naissant au cours de plusieurs siècles. La révolution française a été le triomphe politique, idéologique, économique de la bourgeoisie capitaliste. Elle a défendu la propriété privée au détriment de l’intérêt collectif.
Le capitalisme connaît une expansion foudroyante mondiale à la faveur de l’écroulement du système de l’Union soviétique en 1991. Le capital financier mondialisé est aux mains d’oligarques qui, par leur puissance et leurs richesses, sont les véritables maîtres de la planète. Certains gouvernements comme celui des Etats-Unis sont complices de ces capitalistes. S’y ajoutent la connivence et la corruption des gouvernements en place.

Les principaux ressorts de la société de consommation sont le marketing et la publicité, deux activités « les plus néfastes et les plus stupides » inventées par les hommes. Le désir de consommer est suscité et inspiré à la télé, au cinéma, sur internet. Par l’ « obsolescence programmée » les entreprises hâtent le remplacement des produits. Maximiser le profit implique de produire à des prix les plus bas possibles. Au Bangladesh, une couturière ne touche que 25 centimes pour un jean vendu à 54 euros à Genève.

Jean Ziegler souligne les inégalités énormes, meurtrières et toujours croissantes entre sociétés transcontinentales et la moitié la plus pauvre de l’humanité. Celles-ci sont encore aggravées par les inégalités devant l’impôt et les pratiques des paradis fiscaux. S’y ajoute que les flux de capitaux Sud-Nord dépassent les flux Nord-Sud. Ceci renforce encore «le garrot» de l’endettement des pays en développement, plus élevé que jamais.
Nous vivons en principe sous l’empire de la liberté de la presse. Le fait est qu’une poignée de milliardaires contrôlent l’essentiel des médias. En France, 80 % des hebdomadaires, mensuels et journaux sont possédés par cinq milliardaires.

Le capitalisme doit être détruit «totalement, radicalement». Notre utopie « c’est l’horizon des valeurs sur lesquelles nous devons régler notre conduite ». Elle est inscrite dans la Déclaration universelle des droits de l’homme. Au cours des derniers siècles, l’humanité a obtenu l’abolition de l’esclavage, l’émancipation des femmes en Occident, la sécurité sociale. Nous assistons à une multiplication des fronts de résistance. Un nouvel acteur est en train de naître : la société civile planétaire.

Jean Feyder, membre de l’ASTM

Brennpunkt Drëtt Welt est édité par Action Solidarité Tiers Monde
55, av. de la Liberté L-1931 Luxembourg RCS F6030 www.astm.lu