Lutte contre l’invasion de criquets pèlerins au Kenya 

L’Afrique de l’Est est victime depuis le début de l’année 2020 d’une invasion de criquets pèlerins qui dévastent les champs et les cultures, menaçant la sécurité alimentaire de la région. L’organisation Inades-Formation Kenya s’engage dans la lutte contre ces ravageurs à travers diverses actions.

 

En janvier 2020, le Kenya a été victime d’une invasion de criquets pèlerins du désert. La plus virulente depuis 70 ans, elle a secoué les agriculteurs et leurs familles alors qu’ils attendaient de bonnes récoltes.

L’invasion de criquets a commencé dans deux comtés du nord du Kenya (Wajir et Mandera) et s’est étendue à d’autres régions, dont Samburu, Isiolo, Garissa, Baringo, Turkana, Laikipia, Meru, Kitui, Embu, Machakos, Murang’a, Makueni et Kajiado.

Les criquets pèlerins sont considérés comme les plus dangereux de tous les ravageurs migrateurs, car ils peuvent éventuellement développer des ailes et former un essaim cohésif qui peut traverser les continents et les mers. Ils ont la capacité de dévorer des cultures de champs entiers en une seule matinée. Les experts estiment que le criquet pèlerin peut détruire au moins 200 tonnes de végétation par jour. Les essaims peuvent parcourir jusqu’à 130 à 150 km par jour et un essaim d’un kilomètre de large peut contenir jusqu’à 80 millions de criquets, selon la FAO. Des études montrent que les grands essaims se forment en raison de facteurs tels que les changements dans l’environnement, la structure et le comportement des populations.
Ces criquets pèlerins ont migré du Yémen – une zone de reproduction traditionnelle – à travers Djibouti, la Somalie et l’Ethiopie. La région a connu des précipitations plus importantes que d’habitude, ce qui aurait pu conduire à cette situation. Après des périodes de sécheresse, lorsque des poussées de végétation se produisent dans les principales zones de reproduction des criquets pèlerins, une augmentation rapide de la population et la compétition pour la nourriture peuvent entraîner le développement d’un essaim. L’Érythrée, l’Ouganda, le Soudan et la Tanzanie sont également touchés par l’invasion.

Au Kenya, la maturation des criquets coïncide avec le début de la saison des pluies. Les agriculteurs ont semé du maïs, des haricots, du sorgho, de l’orge et du millet en mars et avril, dans l’espoir qu’une saison des pluies favorable permettra une croissance abondante à la fin avril et en mai. Les essaims de criquets pèlerins gagnant en taille et en force, les experts craignent que jusqu’à 100 % des cultures bourgeonnantes des agriculteurs puissent être consommées, laissant certaines communautés sans rien à récolter.
Les pluies abondantes de la fin mars ont créé des conditions de reproduction favorables pour une nouvelle génération de criquets dans la Corne de l’Afrique.
«L’inquiétude actuelle est que le criquet pèlerin mange les plantes sous-émergentes», a déclaré Cyril Ferrand, chef de l’équipe de la FAO chargée de la résilience en Afrique de l’Est. «Cette matière verte très molle, les feuilles de biomasse, les pâturages, sont bien sûr la nourriture préférée des criquets pèlerins». La FAO travaille avec les gouvernements et les équipes des organisations non gouvernementales pour mener des campagnes de pulvérisation aérienne massive de pesticides dans toute la région. Elle a lancé un appel pour collecter des fonds afin d’aider les pays touchés à lutter contre ce fléau. Plus de 90 millions de dollars ont été mobilisés dans les 40 jours suivant le lancement de l’appel.

Pesticides chimiques, faible efficacité et moyens de contrôle dangereux

Pour lutter contre ces parasites voraces, le gouvernement a utilisé des pesticides chimiques, qui sont souvent la réponse immédiate habituelle des gouvernements africains à ces épidémies. Cette approche a été utilisée pour freiner la propagation de la légionnaire d’automne au Kenya, au Malawi et au Ghana, par exemple. Mais elles ne fonctionnent pas à long terme.
Les pesticides sont des produits chimiques utilisés pour tuer les ravageurs et les parasites – des parasites animaux aux mauvaises herbes. Leur utilisation se développe dans de nombreux pays africains en général, y compris au Kenya. Si l’utilisation de pesticides présente des avantages, notamment celui de réduire directement l’incidence des parasites envahissants, les bénéfices sont à court terme : les insectes peuvent rapidement devenir résistants à ces produits. Les pesticides sont également nocifs pour l’environnement et la santé des consommateurs et des agriculteurs. De nombreux pays européens ont interdit certains d’entre eux pour ces raisons. En 2017, un rapport des Nations unies a montré qu’environ 200 000 personnes, pour la plupart originaires de pays en développement, meurent chaque année d’un empoisonnement aux pesticides. Les pays doivent donc promouvoir des alternatives ou examiner plus attentivement comment prévenir les invasions d’insectes en premier lieu.

La crise de Covid, un frein à la lutte contre les criquets

Mais le Covid-19 a posé un défi pour le contrôle des activités. Les perturbations des chaînes d’approvisionnement ont bloqué la livraison des envois de pesticides, créant des ruptures de stock et des pénuries. La Somalie a trois semaines de retard dans la réception d’une cargaison de biopesticides pour la lutte antiacridienne en raison des retards liés à la pandémie au Covid-19. Les équipements de surveillance, tels que des hélicoptères d’Afrique du Sud, ne peuvent pas atteindre l’Afrique de l’Est, en raison du verrouillage des pays, où ils s’arrêteraient normalement pour se ravitailler en carburant lors de leurs voyages vers le nord.

Actions entreprises par Inades-Formation

Inades Formation Kenya intervient en réponse à l’invasion du criquet pèlerin dans les comtés de Kitui, Machakos et Makueni en partenariat avec les organisations concernées telles que l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Centre international pour la physiologie et l’écologie des insectes (ICIPE) et les gouvernements des comtés touchés par la gestion du criquet pèlerin. Parmi les actions entreprises par Inades Formation Kenya, on peut citer :

La sensibilisation du public, communication et formation

La bataille contre le criquet pèlerin ne peut être gagnée sans l’implication des communautés locales dans les campagnes. La formation, la sensibilisation et la communication sont des éléments essentiels de la lutte contre les criquets dans les comtés touchés. Inades Formation Kenya (IFK) forme les agriculteurs aux bonnes pratiques agricoles susceptibles de réduire les dégâts causés par les criquets aux cultures vivrières, telles que la plantation précoce des cultures, la gestion de la fertilité des sols, entre autres pratiques. IFK tiendra les membres de la communauté informés d’une éventuelle infestation par les criquets, ce qui leur permettra d’être prêts à l’avance et de se mettre en rapport avec les responsables du gouvernement du comté pour une action rapide.

Lutte intégrée contre les parasites

Il existe des alternatives aux pesticides, notamment la lutte intégrée contre les parasites. Il s’agit d’une approche qui n’exclut pas l’utilisation des pesticides mais qui les utilise le moins possible. La lutte intégrée contre les parasites encourage également l’utilisation d’alternatives plus sûres comme le biocontrôle, qui utilise des ennemis naturels pour lutter contre les parasites, les biopesticides et les pratiques de contrôle des cultures, qui modifient l’environnement de culture pour réduire les parasites indésirables. Les biopesticides ont été utilisés pour lutter contre la chenille légionnaire d’automne, mais ils ne sont pas populaires car il faut du temps pour tuer le parasite.
Les prédateurs naturels tels que les guêpes, les oiseaux et les reptiles peuvent s’avérer efficaces pour tenir à distance de petits essaims de criquets. Cependant, pour gérer des essaims plus établis, de nouveaux biopesticides microbiens ciblés, tels que le «Green Muscle» à base de champignons, offrent une solution à plus grande échelle.
Inades Formation Kenya mène une sensibilisation et formation des agriculteurs à ces mesures afin de surmonter la menace acridienne, de protéger l’environnement et de préserver une biodiversité considérable.

Actions préventives et lutte à long terme

Inades Formation Kenya travaille avec ses partenaires pour établir des approches de lutte à long terme contre l’infestation de criquets et former les agriculteurs à leur adoption ; cela comprendra la recherche et les tests des biopesticides existants pour établir ceux qui peuvent lutter efficacement contre le criquet pèlerin. Les efforts visant à réduire le taux d’éclosion, comme le retournement du sol dans les aires de ponte identifiées, seront prioritaires, car il a été constaté que cela réduisait le nombre de larves. L’exposition des œufs offre également la possibilité de s’attaquer à d’autres prédateurs naturels tels que les fourmis noires.

Promotion de projets alternatifs pour protéger les moyens de subsistance des agriculteurs ruraux des pertes/dommages causés par les criquets pèlerins

Il est nécessaire que les agriculteurs identifient et promeuvent des projets de moyens de subsistance alternatifs qui ne peuvent pas être affectés par l’invasion de criquets. Ces projets concerneront des entreprises d’élevage telles que l’amélioration de l’élevage de poulets indigènes, la pisciculture et l’apiculture. Les agriculteurs seront formés à la production, à la gestion et à la commercialisation dans ces entreprises afin de les protéger contre les pertes qui pourraient être causées par le criquet pèlerin.

Brennpunkt Drëtt Welt est édité par Action Solidarité Tiers Monde
55, av. de la Liberté L-1931 Luxembourg RCS F6030 www.astm.lu