Sitio San Roque : Comment une communauté urbaine pauvre fait face au défi de la sécurité alimentaire dans le contexte du confinement dû au COVID 19?

L‘émergence de COVID-19 a provoqué une crise qui recoupe et exacerbe les problèmes existants auxquels font face les populations pauvres des villes. La situation de la communauté urbaine pauvre dans le quartier de Sitio San Roque de la Grande Manille, la capitale des Philippines, illustre ce problème et montre comment une communauté bien organisée peut développer sa propre résilience pour faire face à la situation.

 

La communauté de Sitio San Roque – une histoire de lutte pour la terre en milieu urbain

Sitio San Roque est une communauté de quelque 6 000 familles à Quezon City, l’une des villes qui composent l’agglomération de Manille. La communauté a commencé à se développer dans les années 1960 lorsque des familles de migrants, pour la plupart des paysans sans terre venus d’autres régions du pays à la recherche de meilleurs moyens de subsistance dans la ville, s’y sont installées. Ils ont défriché la terre et l’ont transformée en terres agricoles productives. Dans les années 70 et 80, quelque 20 000 familles vivaient sur les 37 hectares de terre, produisant suffisamment de nourriture pour elles-mêmes et pour la vendre sur le marché local. Au fil des années, la communauté a construit des routes et des bâtiments solides et a installé des canalisations d’eau. En tant que résidents informels, ils ne recevaient aucune aide de l’État.
Cependant, la communauté a été menacée dans les années 1990 par l’urbanisation rapide lorsque le gouvernement national a pris conscience de la valeur de la zone en tant que site pour des entreprises commerciales lucratives telles que le développement de logements de luxe, de centres commerciaux et de bureaux. En 2009, l’Office national du logement et le gouvernement de la ville de Quezon ont conclu un projet public-privé avec Ayala Land Inc., l’un des plus grands promoteurs immobiliers du pays, dans le but de développer la zone.

Depuis lors, la communauté de Sitio San Roque se bat pour le droit de rester. La lutte s’est intensifiée en 2010, lorsque l’État et les forces d’Ayala Land ont tenté de niveler la zone par des moyens violents. La communauté s’est défendue en érigeant une barricade. Depuis, elle est constamment harcelée, expulsée de force, et on l’empêche d’apporter des matériaux de construction pour les travaux de construction ou de réparation. En conséquence, le nombre de familles s’est réduit à seulement 6 000.
Au fil du temps, un certain nombre de familles ont accepté l’offre des autorités de se réinstaller ailleurs. Cependant, les sites de relogement sont souvent trop éloignés, les logements attribués sont de qualité inférieure et coûteux et les équipements de base tels que l’eau et l’électricité, les écoles, les soins de santé et les possibilités d’emploi font défaut. En conséquence, beaucoup de ceux qui ont été relogés ont fini par revenir en ville.

L’impact de COVID-19

Comme de nombreuses communautés urbaines pauvres aux Philippines, la situation économique de la population de Sitio San Roque est précaire. Elle est en grande partie composée d’ouvriers du bâtiment, de salariés journaliers et de travailleurs informels tels que les ouvriers du transport, les conducteurs de pédicabs et de jeepney, les vendeurs ambulants et les blanchisseuses.

La crise COVID-19 et la quarantaine communautaire introduite à la mi-mars par le gouvernement pour l’agglomération de Manille et l’ensemble de l’île de Luçon ont aggravé cette précarité. Les travaux de construction, les magasins, les centres commerciaux et les transports publics se sont tous arrêtés sans avertissement. L’impact de ce blocage, qui a duré deux mois, a été dévastateur pour une communauté dont les membres dépendent des salaires quotidiens pour acheter de la nourriture et d’autres produits de première nécessité.

L’accès à la nourriture sur le marché de la communauté locale est également devenu un problème car les prix ont augmenté malgré le gel des prix imposé par le gouvernement et les limites imposées sur les quantités que les gens pouvaient acheter. Normalement, les habitants achetaient de petites quantités, juste assez pour la journée, mais maintenant ils sont obligés d’acheter des quantités plus importantes. En l’absence de revenus, il est devenu très difficile de se procurer de la nourriture.
Selon l’organisation «Save San Roque», qui soutient la communauté, de nombreux résidents connaissent ce que l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) appelle «une insécurité aiguë grave, c’est-à-dire une faim si extrême qu’elle menace immédiatement leur vie ou leurs moyens de subsistance et les rend dépendants de l’aide extérieure pour survivre ». (FAO, 2020)

La réponse du gouvernement à la COVID-19 : une application stricte des règlements de quarantaine tout en ne fournissant pas de secours
Au début du blocage, le président philippin Duterte a promis d’apporter une aide aux familles pauvres pendant le blocage par l’intermédiaire des autorités locales et du ministère de la protection sociale et du développement, mais en réalité, les familles touchées à San Roque, comme dans de nombreuses autres régions, ont constaté que l’aide était soit trop faible, soit arrivée trop tard. Nombre d’entre elles n’ont reçu aucune aide.

La politique gouvernementale de lutte contre la pandémie s’est plutôt concentrée sur l’application de mesures draconiennes de confinement. L’appel lancé par le président Duterte à la police pour qu’elle fasse usage de la force afin d’assurer le respect de la quarantaine, voire de tuer les contrevenants si nécessaire, a entraîné de nombreux cas de brutalité policière. Comme tout mouvement non essentiel à l’extérieur de la maison était passible d’arrestation, mais les gens devaient sortir pour essayer de trouver du travail et de la nourriture, le verrouillage équivalait à une criminalisation de la pauvreté.

Non seulement le gouvernement n’a pas apporté l’aide qu’il avait promise, mais il s’est attaqué aux groupes de la société civile qui apportent une aide aux nécessiteux, les accusant, tout comme il s’est attaqué aux défenseurs des droits humains dans d’autres contextes, d’être liés au parti communiste. Les restrictions de confinement sont utilisées abusivement pour limiter les voix critiques.

Répression de l’État et harcèlement de la communauté de Sitio San Roque dans le cadre de COVID-19

Le 1er avril, après des semaines d’attente en vain de l’aide gouvernementale promise, plusieurs habitants de San Roque ont entendu une rumeur – qui s’est révélée fausse par la suite – selon laquelle l’aide alimentaire allait enfin être distribuée. En attendant la distribution espérée, ils ont porté des pancartes improvisées avec des slogans tels que «Nous avons faim» et ont parlé aux médias de leur situation. La police est arrivée et a violemment dispersé le groupe à l’aide de matraques et a arrêté 21 personnes, dont beaucoup n’étaient que des passants. Elles ont été accusées, entre autres, d’avoir enfreint la loi sur les rassemblements publics, de désobéissance à un ordre légal, de diffusion de fausses informations et d’entrave à l’accès aux routes. Après leur arrestation, les 16 hommes et 5 femmes ont été enfermés dans une cellule de détention pendant cinq jours sans possibilité de respecter la distance sociale et malgré le fait que deux policiers de la prison aient été testés positifs au COVID-19.

Avec l’aide de sympathisants, dont certaines personnalités connues qui ont été choquées par l’arrestation de personnes demandant pacifiquement des comptes au gouvernement, ils ont été libérés moyennant une caution de 15 000 pesos (environ 270 euros). Leur audience a été reportée à la fin du confinement.
«Les balles ne sont pas la nourriture des affamés. Les cellules de prison ne sont pas la médecine des malades».

La soi-disant «protestation illégale» contre le manque d’aide d’urgence du gouvernement a provoqué une tirade du président philippin Duterte, dans laquelle il a attaqué et menacé Kadamay, une organisation de masse nationale qui soutient la lutte des populations pauvres des villes pour des emplois réguliers et décents, des salaires adéquats, des logements abordables et le respect des droits humains, pour avoir été l’instigateur de la protestation. La communauté du Sitio San Roque est un membre local de Kadamay.

Le président de Kadamay, Arellano, a réagi aux menaces de Duterte en déclarant : «Les balles ne sont pas la nourriture des affamés. Les cellules de prison ne sont pas la médecine des malades».

Commentant l’incident, un porte-parole de l’organisation nationale des droits humains, Karapatan, a déclaré: «Il est vraiment lamentable qu’au lieu de répondre aux besoins de son peuple, le gouvernement ait réagi avec une violence implacable. On ne pourra jamais reprocher aux habitants du Sitio San Roque d’avoir quitté leur maison pour demander de l’aide. Trois semaines après le début de la mise en place du verrouillage, les habitants ont dû chercher l’aide que le gouvernement leur avait promise».

Une communauté résiliente fait face au défi de la sécurité alimentaire dans le cadre du verrouillage COVID-19

Les années de lutte pour le droit de rester sur leurs terres ont fait des habitants de San Roque une communauté forte et bien organisée, ce qui leur a été très bénéfique pour faire face au défi de COVID-19 et à ses conséquences. La communauté est soutenue dans sa lutte par le groupe de pauvres urbains Kadamay et l’Alliance Save San Roque, une alliance de professionnels, d’étudiants et d’organisations travaillant pour le droit au logement de la communauté urbaine pauvre de Sitio San Roque.
Suite à l’arrestation violente des «San Roque 21», la communauté a décidé de développer un plan d’aide à long terme pour traverser la crise et au-delà. À la mi-mars, avec l’aide de Save San Roque, ils avaient déjà commencé à collecter des dons afin d’apporter une aide aux milliers de familles les plus vulnérables pendant les deux premières semaines de la quarantaine communautaire. Cependant, il était clair que cet effort de secours ne serait pas durable, car le coût de la fourniture de biens pendant une semaine à 250 familles s’élevait à quelque 2 700 euros.

À la recherche d’une solution plus durable, ils ont décidé, dans un deuxième temps, de mettre en place un système de cuisines collectives qui fournirait des aliments frais et nutritifs aux résidents dans le besoin. L’effort de secours est financé par une campagne de dons organisée par la communauté en collaboration avec Save San Roque, qui a donné lieu à des dons réguliers en espèces et en nature de la part des partisans et des vendeurs du marché. La communauté achète également des produits sur le marché local, ce qui résout le problème de l’obligation d’acheter de plus grandes quantités. Ils planifient, préparent et emballent les repas et organisent ensemble les livraisons à domicile. Cette méthode est non seulement plus efficace et plus rentable, mais elle contribue également à renforcer la capacité de la communauté à travailler ensemble pour assurer sa propre sécurité alimentaire.

26 cuisines communautaires sont désormais opérationnelles, gérées par les chefs de la communauté dans les différents quartiers de Sitio San Roque, et fournissent des repas à un millier de familles qui ont perdu leurs sources de revenus à cause de la quarantaine communautaire.
Dans une troisième phase de leur plan visant à assurer la sécurité alimentaire et la souveraineté alimentaire à long terme, la communauté entend créer un jardin agroécologique urbain collectif qui leur permettra de subvenir à leurs propres besoins alimentaires et de les rendre indépendants de l’aide extérieure à l’avenir. Le défi consiste maintenant à trouver des emplacements appropriés.

Les cuisines communautaires menacées par la police

Le 5 avril, le troisième jour du programme de cuisine communautaire, la police est soudainement entrée dans la communauté et a tenté de la fermer au motif qu’elle violait les restrictions de quarantaine. Ils ont également démantelé des affiches demandant «De l’aide, pas les prisons» et appelant à des tests de masse pour COVID-19. Cependant, les organisateurs de la communauté avaient veillé dès le départ à ce que toutes les règles de protection contre COVID-19 soient respectées ; les gens portaient des masques, observaient les règles de distanciation sociale et se lavaient régulièrement les mains. On peut donc supposer que les cuisines communales de San Roque ont été visées par la police de cette manière en raison de leurs années de résistance à quitter leurs maisons et non pour des raisons d’hygiène. Il est intéressant de noter qu’il n’y a eu aucune interférence avec des projets de cuisines communales similaires dans d’autres régions qui ne sont pas sous le radar des autorités ou des forces de sécurité.

L’importance d’organisations communautaires fortes

L’exemple de la communauté du Sitio San Roque souligne l’importance d’organisations communautaires fortes et résistantes, en particulier dans les situations où un régime répressif ne parvient pas à répondre aux besoins de la population et tente de saper et d’empêcher la société civile de jouer son rôle. Les années de travail de construction communautaire de la part des résidents de Sitio San Roque, Kadamay et Save San Roque Alliance ont été cruciales, non seulement pour permettre à la communauté de rester sur leurs terres, mais aussi pour faire face au défi de la crise COVID-19 et à ses conséquences.

Brennpunkt Drëtt Welt est édité par Action Solidarité Tiers Monde
55, av. de la Liberté L-1931 Luxembourg RCS F6030 www.astm.lu