Mariana Affonso Penna1 – Lors de la Coupe du monde 2018, certains journaux internationaux ont observé avec surprise que le Brésil était un pays métis sur l’herbe mais blanc dans les gradins. Certes, le Brésil des pelouses correspond plus sûrement à l’ethnie prédominante du Brésilien depuis que les footballeurs sont à l’origine des classes populaires. Cependant, ceux qui pouvaient se permettre de regarder les matchs en Russie, surtout dans un contexte de crise économique, ont démontré plus clairement leur ascendance européenne, blanche, qu’un mélange ethnique typiquement brésilien.

Le Brésil n’a pas vécu un régime formel d’apartheid, de ségrégation raciale exprimée dans la législation. L’imposition de la domination s’est faite moins explicitement par des moyens presque purement économiques, par la perpétuation de positions sociales. Dans l’histoire récente, la période du régime militaire était emblématique non seulement en termes de maintien de la hiérarchie sociale, mais également de son approfondissement. Les inégalités se sont creusées de manière vertigineuse, créant des gouffres fondés sur un discours prétendant être un mal nécessaire au développement économique. Il fallait d’abord “faire pousser le gâteau” puis le partager.

Les années 1980 ont marqué la transition vers la démocratie. En dépit du chaos économique qui l’a rendu connue sous le nom de “décennie perdue”, la “Constitution du citoyen” a été élaborée en 1988, marquant ainsi un tournant dans la réorganisation de la société brésilienne dans un format démocratique. Et c’est dans le régime démocratique, à partir de la décennie de 1990, que l’on observe une inflexion historique dans la trajectoire des inégalités. Pour les chercheurs, la conclusion unanime est que, même s’il reste l’un des pays les plus inégalitaires de la planète, le Brésil a connu une réduction significative des inégalités, allant même à l’encontre de la tendance des pays capitalistes avancés à la même période. Marta Arretche, coordinatrice du Centre d’études sur les métropoles (CEM), a observé que, malgré le fait que l’inégalité économique par rapport au 1% des plus riches suit le schéma international d’approfondissement, il existe une réduction significative des différences de revenus dans le reste de la société.

Pour la chercheuse, une explication possible de l’avancée de la vague réactionnaire qui a balayé le pays et de Bolsonaro récemment élu serait précisément le ressentiment de la classe moyenne brésilienne, qui pouvait auparavant compter sur la fourniture de services très bon marché d’une main-d’œuvre extrêmement vulnérable et précarisée 2. L’élargissement des droits du travail (comme cela s’est produit pour les travailleurs domestiques), ainsi que des politiques de réduction de la pauvreté telles que des subventions aux familles les plus vulnérables, l’augmentation du salaire minimum, parmi d’autres mesures d’assistance sociale, auraient augmenté le coût de cette main pour les employeurs, générant du mécontentement. Une telle hypothèse semble se confirmer lorsque l’on constate que, dans une enquête d’Ibope réalisée en août 2018, Bolsonaro a semblé accueillir favorablement les électeurs disposant de plus de cinq salaires minimums, alors que Lula était de loin le favori des plus pauvres3.

Cependant, la population qui bénéficie de plus de 5 mois de salaire minimum est minoritaire et ne pourrait à elle seule conduire le candidat autoritaire à la présidence. Augmenter les revenus, élargir l’accès aux services publics essentiels tels que la santé et l’éducation pour les couches les plus démunies de la population, aide à comprendre le ressentiment de la classe moyenne et son soutien à un modèle politique impensable il y a moins de dix ans. Mais il est important de noter les facteurs qui ont amené des personnes d’autres groupes sociaux à adopter la barbarie fasciste.

La période démocratique a également été une période de réorganisation et de renouvellement des mouvements sociaux. De nouvelles lignes directrices ont été présentées au public, les différentes oppressions étaient évidentes et les mouvements qui ont servi de porte-parole ont fait pression sur les gouvernements pour qu’ils mettent en œuvre des politiques publiques capables de résoudre les problèmes identifiés. Le mouvement LGBT a cherché la fin de l’homophobie, la garantie des droits civils historiquement refusée. Le mouvement féministe s’est élevé contre le machisme pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes. Des lois telles que la loi Maria da Penha, qui protège les femmes des formes les plus variées de violence dominée par les hommes, sont désormais bien connues et ont également progressé dans le débat sur les droits en matière de reproduction et les espaces de représentation politique. Le mouvement noir a fortement influencé la lutte pour la criminalisation du racisme, pour la reconnaissance de l’histoire et de la culture afro-brésiliennes dans le système éducatif brésilien. Des actions positives ont été mises en place pour réduire l’inégalité historique entre le groupe ethnique et le racisme qui sévit dans le pays. Les universités publiques et les institutions fédérales axées sur l’enseignement technologique ont été élargies et, à compter de 2015, la moitié de leurs places pour les étudiants pauvres provenant du système scolaire public. Il convient de rappeler que, jusque dans les années 2000, plus de 90% des étudiants entrés dans les universités publiques, reconnues pour leur grande qualité, étaient des étudiants à revenu élevé issus du réseau d’enseignement privé.

Face à tant d’avancées, la dystopie actuelle semblait inimaginable au moins jusqu’en 2013. Cette année-là, le Brésil a été envahi par de nombreuses manifestations, dans ses régions les plus variées. Axées initialement sur la lutte contre la hausse des tarifs des transports en commun, les manifestations ont suscité la critique des investissements destinés aux grands événements sportifs internationaux basés au Brésil: Coupe du monde et Jeux Olympiques. La population pensait que ces ressources devaient être utilisées dans des domaines prioritaires tels que la santé et l’éducation. Cependant, le mécontentement a été capitalisé par les groupes d’opposition au gouvernement du Parti des travailleurs (PT). Alors que l’opposition de gauche se dirigeait vers le coin, des mouvements apparemment «sortis de nulle part» et d’extrême droite ont émergé et ont acquis une grande visibilité en peu de temps, comme ce fut le cas du «mystérieux» MBL (Movimento Brasil Livre). Peu à peu s’est répandu ce que nous appelons aujourd’hui l”antipétisme” qui a abouti à la destitution de la présidente Dilma Rousseff en 2016, à l’accusation de corruption et à l’arrestation en vitesse de l’ancien président Luís Inácio Lula da Silva, le faisant sortir de la course à la présidentielle de 2018.

Le gouvernement de Michel Temer, vice-président de Dilma et participant à l’organisation du coup d’État, a toujours fait l’objet d’un énorme rejet, provoquant dans la population un croissant désir de changement. Ce qui est inhabituel, cependant, c’est qu’une masse aussi nombreuse soutienne un projet de transformation qui, en réalité, indique, sans beaucoup de masques, un plongeon dans la rétrocession et le renversement des acquis sociaux. Si, par rapport à la classe moyenne, nous avons déjà vu comment le ressentiment de ne pas pouvoir bénéficier de travailleurs bon marché a orienté leur choix vers le fascisme, des ressentiments distincts expliquent l’adhésion d’autres secteurs sociaux.

L’avancée des prétendues “minorités”, qui ne sont en réalité pas si réduites, a donc limité l’exercice de l’intolérance ouverte. Depuis le début des années 2000, et avec le progrès de différents mouvements sociaux, il est devenu de plus en plus inacceptable de manifester des préjugés racistes, machistes, homophobes et de classe. Les critiques intenses suscitées par ces positions ont amené les partis pris à «se mettre au placard», se faisant taire tout en conservant leur mécontentement. Le politologue anglais Timothy J. Power note que les droits sociaux obtenus ces dernières années, tels que le mariage homosexuel, la répression des actes de violence à l’égard des femmes, l’introduction de quotas raciaux dans les universités, ont eu pour “effet secondaire” le soutien à Bolsonaro, qui a exprimé le plus brutalement et le plus violemment le désir de vengeance de ces ressentiments. On pourrait donc comprendre ce mouvement d’approche du fascisme comme une insurrection contre le “politiquement correct”, un désir de pouvoir exprimer librement ses préjugés, son intolérance et même sa violence directe, sans en subir les conséquences.Un dernier aspect très important pour comprendre l’arrivée au pouvoir de Bolsonaro est la question de la violence urbaine. L’Amérique est le continent le plus violent et le Brésil se démarque à cet égard. Les gouvernements démocratiques ont été incapables de changer cet indicateur social important et, par conséquent, la vie dans les grandes villes brésiliennes est marquée par un sentiment d’insécurité constante.

On pourrait donc comprendre ce mouvement d’approche du fascisme comme une insurrection contre le “politiquement correct”, un désir de pouvoir exprimer librement ses préjugés, son intolérance et même sa violence directe, sans en subir les conséquences.

Bien que les indices de violence urbaine brésilienne soient apparemment restés stables au cours des deux dernières décennies, la perception d’insécurité s’est accrue, favorisée par la prise de conscience croissante d’actes criminels, transmis par les médias et les réseaux sociaux. Pendant de nombreuses années, l’expression «un bon bandit est un bandit mort» est scandée par des journalistes et des personnalités publiques, faisant écho dans la bouche du peuple. Bolsonaro a donné la plus grande expression publique à ce désir de vengeance. En promettant de libérer l’armement pour que toute la population se défende des bandits et en étendant le concept de bandit à tous ceux qui s’opposent à son projet dictatorial, malgré un programme aussi restreint, le futur président consolide un consensus relatif autour de son projet de pouvoir. Symbole phare de sa campagne, le geste d’imiter une arme de la main est reproduit dans les églises, les écoles, dans les espaces publics les plus variés, par les adultes et les enfants, en tant que symbole de fierté et d’autonomisation contre les marginaux.

Certains considèrent que les menaces de persécution qui pèsent sur l’opposition et les minorités sont une bravoure, que Bolsonaro ne tiendra pas ses promesses de les éliminer. L’historienne française Maud Chirio n’est pas de cet avis. Elle note que Bolsonaro représente un secteur nostalgique du régime militaire brésilien qui n’a jamais vraiment accepté la mise en œuvre de la démocratie. Par conséquent, il ne mettra pas en pratique ses projets dictatoriaux et d’extermination des “ennemis du pays” que si les pouvoirs modérateurs sont suffisamment efficaces pour lui en empêcher4.

L’opposition politique devra s’exiler, aller en prison ou se fera assassiner. Ainsi l’a affirmé Jair Messias Bolsonaro5, qui, partisan du régime militaire qui a pris la société brésilienne en otage pendant 21 ans de son histoire récente, a également honoré celui qui était, certes, le plus grand bourreau. En votant pour la destitution de notre dernière présidente élue, elle s’est écriée: “À la mémoire du colonel Carlos Alberto Brilhante Ustra, la terreur de Dilma Rousseff.” Dilma, qui avait intégré des mouvements de résistance armée contre la dictature, a été arrêtée et torturée.

Enthousiaste de la dictature implantée par Augusto Pinochet au Chili et qui aurait exterminé la gauche dans ce pays, Bolsonaro exprimait en 1999: “Je suis en faveur de la torture. En votant, vous ne changez rien au pays, absolument rien! Malheureusement, cela ne changera que le jour où vous partirez pour une guerre civile et ferez le travail que le régime militaire n’a pas fait. Tuer 30 000 personnes, à commencer par FHC6, ne pas le laisser sortir, pas tuer! Si des innocents doivent mourir, bien, toute guerre tue des innocents!”

Si songer à tuer un président de centre-droit est traité avec un grand naturel par Bolsonaro, en ce qui concerne les Brésiliens ordinaires, la brutalité devient beaucoup plus évidente. Un malfaiteur ne peut pas être traité comme un “être humain normal”. Par conséquent, si un policier “tue 10, 15 ou 20 personnes avec 10 ou 30 coups de feu chacun”, il doit être décoré et non poursuivi en justice. Avec de tels discours, Bolsonaro est devenu l’un des porte-parole de cette critique répandue dans la société brésilienne par des hommes politiques et des journalistes qui associaient les droits humains et leurs défenseurs à la cause et l’origine de la violence urbaine. Être contre la torture et les exécutions sommaires est maintenant compris par une partie croissante de la population comme une apologie du crime, un “plaidoyer pour les voyous”.

Et de plus en plus, la palette de ce qui est qualifié de bandit s’étend : cela va du voleur de téléphone portable à l’enseignant soi-disant communiste. Bolsonaro a déjà déclaré que son gouvernement mettrait fin à tous les types d’activisme, les mouvements sociaux seront traités comme des terroristes ; il n’y aura plus de réglementation foncière pour les peuples autochtones ou les quilombolas; les ONG ne recevront aucune ressource gouvernementale et la presse qui osera s’opposer à la divulgation de la “vérité” du gouvernement perdra de l’argent en publicité. Le président lui-même encourage les élèves à filmer les classes de professeurs subversifs pour les dénoncer. Pendant ce temps, ses partisans les plus radicaux ont mis en pratique ce discours: des homosexuels sont attaqués, la liberté d’expression dans les universités est restreinte, des féministes sont violées, des militants et des partisans du PT sont agressés. Les projets du gouvernement sont présentés de manière erratique. En tant que politique économique extérieure, la promesse est d’isoler de plus en plus le Brésil, à l’image des États-Unis de Trump et d’Israël, en éloignant notre économie de ses anciens partenaires commerciaux.

En interne, le futur ministre de l’économie, l’ultralibéral Paulo Guedes, propose un approfondissement radical de l’austérité initiée par le gouvernement Temer. Pour la population brésilienne, l’instabilité et l’insécurité face à l’avenir sont la règle. Il n’y a pas la moindre clarté sur ce qui nous attend dans les prochaines années. Certains annoncent que nous reproduirons le modèle philippin, mais tout cela reste incertain. Cependant, au moins une déclaration est possible: il y aura beaucoup de résistance, de critiques et d’opposition à la barbarie néo-fasciste qu’ils essaient d’implanter sur ces terres.

Cet article a été publié dans le numéro 304 – décembre 2018.

Consulter ce numéro

Consulter ce numéro

 

Sources:

 

  1. Doutora em História e professora no Instituto Federal de Educação, Ciência e Tecnologia de Goiás.
  2. http://agencia.fapesp.br/melhoria_na_distri-buicao_da_renda_pode_ter_provocado_reacao_conservadora/27565/
  3.  https://g1.globo.com/politica/eleicoes/2018/eleicao-em-numeros/noticia/2018/08/21/pesquisa-ibope-de-20-de-agosto-para-presidente-por-sexo-idade-escolaridade-renda-regiao-religiao-e-raca.ghtml
  4. https://www1.folha.uol.com.br/ilustris-sima/2018/11/eleicao-de-bolsonaro-marca-fim-da-nova-republica-diz-historiadora.shtml?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=compfb&fbclid=IwAR2j9Qh7rPZzQRw7KoVX29WQuU-A07By9Q82TLJwtvhIV7wBmvpAcWNTzeA
  5. https://www.revistaforum.com.br/em-discurso-de-ditador-bolsonaro-ameaca-imprensa-e-expulsao-de-opositores/
  6. Referência ao ex-presidente Fernando Henrique Cardoso.